Quand mon fils est né, j'ai fermé les yeux bien fort car j'avais peur. Peur de le regarder. Peur qu'il lui ressemble. Peur d'avoir encore plus mal. Quand j'ai ouvert les yeux, ce fut bien pire encore. Car c'était son portrait, forcément! Il lui ressemble vraiment beaucoup, et ce n'est pas seulement parce que je veux le voir. Les photos l'attestent. J'en suis bien sûre soulagée car le pire aurait été qu'il ne lui ressemblât pas.

Mes quatre arrière-grands-parents maternels ont émigré en France en 1916, et c'était moins une!

Si j'avais été un garçon, mes parents m'auraient appelé Kasimir. Et alors, je ferais quoi, moi, maintenant, je vous le demande...